Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mode et Tendance

Mode et Tendance

Le blog dédié à la mode féminine

Publié le par Leila Mode
Publié dans : #mode

Les images du Swinging London, l’hystérie soulevée par les concerts des Beatles, les robes Mondrian d’Yves Saint-Laurent, les mélodies enfantines de Vartan, Hardy et consoeurs, les slogans de mai 68 ou encore Woodstock en 1969… Bien sûr que oui, les sixties font encore rêver ! Car, même si la plupart d’entre nous ne les ont pas connues, les années 60 évoquent une idée de liberté et de joie de vivre, une période d’effervescence créative et la décennie mode par excellence.

 

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?
Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Une joie de vivre sans doute largement aidée par une économie encore en plein boom d’après-guerre et qui contraste bien évidemment fortement avec celle que l’on connaît aujourd’hui.

C’est d’ailleurs cette joie de vivre qui a inspiré Jerry, Léa et Louise, les trois (très)jeunes créateurs de la toute nouvelle marque « Jour/né » dont la première collection se veut largement inspirée des sixties dans ce qu’elles ont de plus optimiste. Certainement dans le but de renouer avec le plaisir de s’habiller pour aider à se projeter dans un avenir plus positif, leur ligne au nom très évocateur « Le lundi au soleil » donne en tout la pêche (et n’est-ce finalement pas la plus efficace des thérapies contre la morosité ambiante ?).

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Après le triomphe de la haute couture, les sixties voient pour la première fois la rue influencer la mode. Les subcultures et les courants musicaux font naître les tendances :les mods londoniens, les premiers hippies de San Francisco, les yéyé, à Paris... Pour chacun de ces mouvements, s’instaurent des codes bien particuliers qui donnent à ses adeptes un sentiment d’appartenance.

Bien forcés de suivre, les créateurs privilégient donc désormais le prêt-à-porter, moins coûteux et immédiatement consommable. Les années 60 marquent ainsi le début de la mode telle que nous la connaissons aujourd’hui...

Pour la première fois aussi, s’habiller devient synonyme de libre-expression. Les femmes surtout, s’affranchissent enfin des codes établis.

A Londres, en 1962, la créatrice Mary Quant démocratise la minijupe, immédiatement adoptée par la mannequin androgyne star de l’époque,Twiggy. Montrer ses jambes au-dessus du genou n’est désormais plus tabou, c’est même une nouvelle forme de chic (n’en déplaise à Coco Chanel et Christian Dior, qui s’y opposent pourtant fermement).

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Mais c’est cependant André Courrèges qui, en 1965, fait porter la minijupe aux Parisiennes en lui donnant une forme trapèze, plus couture et futuriste.

Les escarpins bourgeois laissent aussi la place aux souliers plats qui permettent de courir toute la journée et de danser toute la nuit (les babies, les ballerines Repetto ou encore les bottes vernies).

On mixe comme jamais les couleurs vives, les motifs géométriques et on ose le make-up ultra marqué et la coupe garçonne.

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Mods, rockers, yéyé, premiers hippies... Les sixties comptent finalement autant de tendances que de courants musicaux. Des styles bien marqués aux codes immédiatement reconnaissables, aussi simples à identifier qu’à adopter... aujourd’hui encore !

La meilleure réinterprétation des années 60 se trouve ainsi cet hiver sur le podium de Saint Laurent, où Hedi Slimane fait défiler des petites rockeuses au teint pâle et à l’œil charbonneux, tout droit sorties de Camden High Street. Pièce phare de de la saison, la minirobe babydollqui se porte avec des boots, des babies scintillantes ou encore des bottes vernies. Pour se réchauffer, une cape nouée ou un manteau en fourrure claire.

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Les nostalgiques des yéyé s’inspireront plutôt de la collection MiuMiu, en alliant pulls jacquard aux couleurs tendres, petits manteaux matelassés et bottes de pluie transparentes. Une panoplie résolument féminine, avec une jolie touche sporty.

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Et pour sortir ? La sagesse d’une robe courte Valentino à col bijou, façon jeune-fille comme il faut, associée à de grandes bottes vernies rouges, blanches ou noires et un mini-sac rond.

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

En prévision de l’été prochain, on se tournera vers la marque « Jour/né » qui actualise les basiques de l’époque, comme la minijupe ou le blouson court, grâce à des matières faciles à porter et des détails smart. Alliées à une paire de baskets blanches, les tenues Jour/né nous donneront une allure de tenniswoman preppy.

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Et en attendant la fin de l’hiver, on se procure d’urgence leur béret rose barbe-à-papa pour un look mods à la Twiggy...

Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?Pourquoi on ne se lassera jamais des 60 ?

Commenter cet article

bijoux 27/02/2015 09:31

belle époque.

Articles récents

Hébergé par Overblog